XIV. HEURES SOMBRES

Fin décembre 1944.

Chaque jour cependant, des centaines d'avions sillonnaient notre ciel et portaient la destruction et la mort dans les villes environnantes. Que de fois avons-nous souhaité qu'une bombe tombe dans notre camp ! Nous ne voyions alors que la délivrance possible et non des dizaines de nos camarades qui auraient été sacrifiés.

Un jour, deux avions américains virent bombarder ou plutôt mitrailler notre usine. Ils tournoyèrent quelques instants puis descendirent en piqué sur le chantier. Ce fut un sauve-qui-peut général. Le bilan fut triste pour les détenus : quatre de nos camarades, dont trois Français, avaient été tués.

Transporté au camp sur une brouette comme des bêtes mortes, ils furent exposés tout nus à côté des W.C. et restèrent là plusieurs jours ; les chats avaient même dévoré le visage et la cervelle de l'un d'eux. En cachette, je pus leur donner une dernière bénédiction et dire avec quelques camarades les prières des morts. Ils furent jetés ensuite dans la fosse commune car, à ce moment la mortalité était si grande qu'on ne transportait plus les cadavres au four crématoire.

Dans le camp, par suite de l'agrandissement de l'usine, du manque d'hygiène et de nourriture et des mauvais traitements, les détenus tombaient tous les jours par dizaines ; ils étaient aussitôt remplacés par de nouveaux arrivants auxquels succédaient à leur tout de nouvelles victimes.

Et tous les jours en ces matins d'hiver le quotidien supplice recommençait avec le départ pour le travail par un froid de 20° à 30° au-dessous de zéro. Tous squelettiques, vêtus de leur simple rayé, sans tricot ni chaussettes, chaussés de galoches et à peine capables de marcher, les forçats passaient dans le brouillard ou sous la pluie comme une colonne de spectres.

L'année 1944 s'achevait.

suite

De mon presbytère aux bagnes nazis

mémoires d'un prêtre déporté en Allemagne

Abbé Paul Parguel - Chanoine honoraire - Curé de Sainte-Bernadette - Montpellier

 

retour sommaire

Première partie : GESTAPO

I -

Arrestation

II -

Dans la cellule

III -

Aux rosiers

IV -

Le cachot

V -

Hallucinations

VI -

Départ pour Compiègne

VII -

Royallieu

VIII -

Paris : le fort de l'Est

IX -

Retour à Compiègne

 

Deuxième partie : SUR LES CHANTIERS DE LA MORT

I -

Cercueils roulants

II -

L'enfer de Neuemgamme

III -

Le N° 30.445

IV -

"L'Infirmerie"

V -

Les galériens

VI -

Spectacle

VII -

La peine de vivre

VIII -

Un ami de la Résistance

IX -

Témoins du Christ

X -

Le bagne de Shandelah

XI -

Le Kommando de la mort

XII -

Vie spirituelle

XIII -

Frères dans l'adversité

XIV -

Heures sombres

XV -

Nos geôliers

 

Troisième partie : CHEMINS DE LA DELIVRANCE

I -

Une alerte

II -

Espoir, déceptions, projets

III -

"In hoc signo vinces"

IV -

Calvaire de la libération

V -

Rencontres

VI -

La paix du Christ sur les charniers

VII -

Dernière étape

VIII -

Aube de la liberté

IX -

Retour à la vie