IX. RETOUR A LA VIE

10 mai.

Le jour de l'Ascension au matin, nous commençâmes en camion, à travers l'Allemagne en ruines, la longue randonnée du rapatriement. Les camions américains qui nous transportaient roulaient à toute vitesse sur les routes défoncées. Cette allure, dans l'état d'épuisement où nous nous trouvions, rendit notre voyage très fatigant.

En route, nous rencontrâmes un groupe de déportés libérés parmi lesquels je reconnus quelques amis de Schandelah. Je me joignis à eux et nous arrivâmes après huit jours de voyage au dernier village allemand près de la frontière hollandaise.

Grâce à l'obligeance du lieutenant français et d'un aumônier de l'armée anglaise, je pus, le dimanche 13 mai, célébrer la Messe. C'était ma première messe Compiègne (je devais célébrer la seconde dans ma chère église de Sainte Bernadette). A cette messe dite aux intentions de tous mes camarades et en action de grâces pour notre délivrance, j'eus la joie de les voir tous communier, quelques-uns firent même alors la seconde communion de leur vie.

Le lundi, nous franchîmes la frontière hollandaise, laissant dernière nous ce pays où nous avions vécu un an dans le mensonge, l'esclavage et l'horreur. La traversée de la Hollande se fit au milieu des acclamations et d'un enthousiasme indescriptible.

La Belgique elle aussi, malgré ses deuils et ses ruines, nous accueillit avec sympathie et affection. A Bruxelles, j'eus la joie d'annoncer à une cheftaine le retour prochain de quelques Belges qu'elle connaissait, mais aussi la douleur de lui apprendre la mort de notre cher Armand, le chef routier, qui était me dit-elle, très connu à Bruxelles et très aimé de tous les jeunes la frontière française. Dans notre wagon où régnait une joyeuse et fraternelle amitié nous attendions cet instant avec une grande ferveur. Tout à coup, malgré le bruit du train en marche, nous entendîmes fuser de tous les wagons des hourras enthousiastes et une vibrante Marseillaise que nous reprîmes à notre tour.

Nous venions de dépasser le poteau-frontière. Désormais c'était la France, si belle malgré les villes ravagées et ses villages brûlés, le cher pays que nous n'avions pas cru revoir. De tout notre cœur, mes camarades et moi, nous adressions à Dieu la prière de notre reconnaissance.

Puis notre souvenir revint vers ceux qui là-bas, couchés si nombreux dans les charniers ou brûlés dans les fours crématoires, ne reverraient pas la patrie. Pour toutes ces victimes et pour leurs familles, pour leurs bourreaux aussi, nous implorâmes Celui qui - il y a vingt siècles - avait été lui aussi arrêté par la Gestapo de l'époque, flagellé et mis à mort pour le même idéal de Fraternité, de Justice et de Liberté, Celui qui un jour s'adressant à la foule s'était écrié :

" Bienheureux ceux qui pleurent, parce qu'ils seront consolés."

" Bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice parce qu'ils seront rassasiés."

" Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, parce que le royaume des cieux est à eux. "

Testet, le 5 août 1945.
En la fête de Notre-Dame-des Neiges.

De mon presbytère aux bagnes nazis

mémoires d'un prêtre déporté en Allemagne

Abbé Paul Parguel - Chanoine honoraire - Curé de Sainte-Bernadette - Montpellier

 

retour sommaire

Première partie : GESTAPO

I -

Arrestation

II -

Dans la cellule

III -

Aux rosiers

IV -

Le cachot

V -

Hallucinations

VI -

Départ pour Compiègne

VII -

Royallieu

VIII -

Paris : le fort de l'Est

IX -

Retour à Compiègne

 

Deuxième partie : SUR LES CHANTIERS DE LA MORT

I -

Cercueils roulants

II -

L'enfer de Neuemgamme

III -

Le N° 30.445

IV -

"L'Infirmerie"

V -

Les galériens

VI -

Spectacle

VII -

La peine de vivre

VIII -

Un ami de la Résistance

IX -

Témoins du Christ

X -

Le bagne de Shandelah

XI -

Le Kommando de la mort

XII -

Vie spirituelle

XIII -

Frères dans l'adversité

XIV -

Heures sombres

XV -

Nos geôliers

 

Troisième partie : CHEMINS DE LA DELIVRANCE

I -

Une alerte

II -

Espoir, déceptions, projets

III -

"In hoc signo vinces"

IV -

Calvaire de la libération

V -

Rencontres

VI -

La paix du Christ sur les charniers

VII -

Dernière étape

VIII -

Aube de la liberté

IX -

Retour à la vie